Couverture de Télé 7 jours du 4 au 10 mars 1989 où Dorothée répond dans une interview aux lettres des lecteurs du magazine, revient sur la polémique avec Ségolène Royal et parle d’un projet d’adaptation française.

(Cliquez sur les photos pour zoomer)

Couverture de Télé 7 jours du 4 au 10 mars 1989.

En décembre 1988, Ségolène Royal alors député des Deux-Sèvres avait déposé un amendement à la loi Léotard pour lutter contre la violence à la télévision mettant directement en accusation Dorothée et les mangas (soit-disant) violents. Suite à cette affaire, de nombreuses lettres de parents étaient parvenus au magazine; ce qui poussa Dorothée a réagir.

Dans cette interview de la journaliste Carole Sandrel, Dorothée s’explique : « Ne confondons pas violence et action ». D’abord, elle parle de son rôle comme responsable de l’unité jeunesse à TF1 où elle choisit elle-même les dessins-animés et les soumet aux votes des téléspectateurs. Ken le survivant est le manga directement pointé du doigt. Il avait été retiré de l’antenne mais comme les téléspectateurs le réclamaient, il avait été remis.
Elle parle de son projet de création française avec une adaptation de la comptesse de Ségur, d’un bureau d’études pour des dessinateurs avec René Borg (Shaddocks).

Le magazine précise à la fin, qu’ils ont aussi reçu de nombreuses lettres prenant la défense de Dorothée.

D’ailleurs dans un encadré à gauche de la première page, le journaliste Alain Laville du magazine revient sur un livre écrit par un professeur d’université, François Mariet et paru chez Calmann-Levy. : Laissez-les regarder la télé. Il a été invité dans l’émission Apostrophes présenté par Bernard Pivot où il explique qu’on ne peut pas accusé la télévision de tous les maux.

Interview de Dorothée par Carole Sandrel.

Laissez un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here